Actualités

2019
Vous l'attendiez tous, voilà le programme des randonnées de novembre et décembre. Programme des Randonnées de Novembre Programme des Randonnées de Décembre A noter également : Lundi 21 octobre 2019 à 18h salle 4 de la Mairie Annexe de St Sever : Présentation des séjours d’été 2020 Mardi 26 novembre 2019 à 18h Mairie Annexe de St Sever : Inscriptions  aux séjours d’été 2020  
Lire la suite
2019
Peut-être avez-vous déjà entendu parler de la « Marche pour la Vue » : c’est une marche qui a déjà eu lieu dans d’autres villes que Rouen, qui est organisée par l’IRRP (Information Recherche Rétinite Pigmentaire) afin de récolter des fonds destinés à la recherche sur les maladies de la rétine. Le 19 octobre, elle aura lieu dans notre ville ; elle est ouverte à tous, voyants, malvoyants et non-voyants et sera encadrée par les animateurs de notre club avec la participation d'un historien. Rendez-vous sous le pont Guillaume le Conquérant rive droite à partir de 14h00 pour les inscriptions. Tarif : 6€ ou 12 € avec t-shirt Inscription aussi possible sur le site https://www.irrp-asso.fr/la-marche-pour-la-vue/inscription Départ : 14h30. Marche sur les quais rive droite, rive gauche et presqu'île Rollet - Parcours de 7km. Contact : Corinne 06 70 11 49 00
Lire la suite
2019
Départ 14h. Rendez vous sur le parking du grand canton à la Bretèque Bois guillaume. Le parking se trouve  sur la D3 face à l’établissement « le cottage ». Sortie de 9km avec une côte très courte. Contacts  Odette 06 89 01 84 71 Jacqueline 06 74 13 76 66. LA FORÊT VERTE Forêt domaniale située en grande partie sur la commune de Houppeville et marginalement sur celle de Bois-Guillaume. Elle est essentiellement constituée de hêtres et de chênes. Suite à une exploitation intensive les chênes ont été remplacés par des hêtres au 19ème siècle. Cependant,  depuis le 21ème siècle le chêne est à nouveau planté, car cette essence devrait être capable de s’adapter à l’évolution supposée du climat en Normandie pour les siècles à venir. D’autres feuillus, comme le charme, le châtaignier et l’érable, ainsi que des résineux tels le pin sylvestre et l’épicéa ont été introduits au cours du 20ème siècle. Suite à un travail de valorisation des forêts de l’agglomération, conjointement entre  la Métropole, l’association des arbres et l’ONF,  trois arbres remarquables ont notamment été identifiés en forêt verte : * Le hêtre des Cotrets, situé à la lisière de la commune d’Houppeville,  mesure 40 m de haut pour un diamètre au pied de 104 cm et âgé de 120/150 ans  * Les hêtres de la Bretèque, proche de la maison forestière, forment un bouquet de beaux arbres, tous âgés de 120/150 ans, d’une hauteur de 39 m et d’un diamètre de 110 cm au pied  * Les cinq frères, proche du parking du grand canton, sont des sapins de Vancouvert d’une cinquantaine  d’années, pour une hauteur de 39 m et d’un diamètre au pied de 110cm Ce travail  reprend en quelque sorte celui réalisé par le célèbre naturaliste Henri Gadeau de Kerville (1890-1932) qui avait à l’époque inventorié et photographié 113 arbres remarquables en Normandie. Certains ont disparus depuis, du fait de leur vieillissement ou suite à des événements climatiques de forte intensité. Un arbre est dit « remarquable » lorsque sa dimension, sa forme, son esthétisme, son âge, sa valeur historique, les coutumes, les légendes ou les croyances ont attiré l’attention sur lui. (informations recueillies sur le portail de l’ONF, dont plusieurs dépliants sont téléchargeables sur internet)
Lire la suite
2019
Eric et Gérard vous donnent rendez vous à 14h sur le parking proche de l’église pour une boucle de 12 km au parcours vallonné comportant deux montées et deux descentes. Vos contacts : Eric : 07 86 85 84 86 Gérard : 06 30 87 03 13. SAINT JEAN DU CARDONNAY Église St Jean Baptiste (16ème siècle) L'église actuelle date du XVIe siècle. Elle sera restaurée en 1768 à la suite d'un incendie. De gros travaux seront effectués vers 1865. Plusieurs styles composent donc le bâtiment. Le clocher, avec flèche polygonale en ardoise au faite de la toiture, est supporté par quatre piliers réunis par des arcades brisées datant du XVIème siècle. Porche en maçonnerie à trois arcades. Façade antérieure percée de trois baies en plein cintre géminées.
Lire la suite
2019
Patricia et Corinne vous donnent rendez-vous sur le parking devant la mairie de La Londe pour une randonnée à allure soutenue (moy.5 km/h.) Départ à 8h45 pour un parcours vallonné de 16 km dans la forêt de la Londe. Prévoir 35 min depuis Rouen. Contact : Corinne 06 70 11 49 00 La forêt domaniale de La Londe-Rouvray Elle est composée de deux grands ensembles : la forêt de Rouvray (2300 ha) pour sa partie est et la Londe pour sa partie ouest. Elle couvre une surface totale de 5 100 ha. Elle est bordée en son nord-est des forêts départementales du bois des Pères et du Madrillet. Par décret, depuis 1993 puis 2006 elle est classée comme forêt de protection* sur plus de la moitié de sa surface Un réseau de Maisons des forêts est mis en place par la Métropole de Rouen Normandie sur les massifs forestiers de son territoire. Ce réseau de lieux d'éducation à la nature permet de faire découvrir les forêts périurbaines (faune, flore, sylviculture, filière bois, etc.). Deux de ces maisons sont présentes sur le territoire de la forêt de la Londe-Rouvray. La première, construite à Saint-Étienne-du-Rouvray, chemin des Cateliers, avec la norme HQE, est ouverte au public depuis mars 2008. La seconde est située sur le territoire d'Orival. D’autres équipements réalisés visent à faire de cet espace boisé tout à la fois un lieu de détente et de promenade familiale. Les aménagements réalisés ont permis l'amélioration et la création de pistes cyclables et piétonnes, la création de circuits balisés, l'installation de tables et bancs, la création d'une pelouse, comme lieu de détente à proximité de la Mare à argile dont les alentours sont aménagés, et la création d'une aire de stationnement au rond-point des avenues Galilée et Isaac-Newton. Cette forêt domaniale tire son nom des chênes rouvres qu'elle portait autrefois. Longtemps utilisée pour fournir en bois de chauffage à l'agglomération rouennaise, elle a été replantée en bouleaux entre 1750 et 1766 puis en pins sylvestres entre 1817 et 1867. Les reboisements entrepris depuis 1975 portent sur des essences moins sensibles au feu et à la pollution atmosphérique : chêne rouvre et hêtre (arbres d'origine de la forêt normande) sur les sols favorables, chêne rouge d'Amérique et châtaignier sur les sols plus difficiles. *Forêt de protection : Ce sont des forêts publiques ou privées, restaurées ou protégées pour se prémunir et prémunir les générations à venir et les écosystèmes contre les catastrophes naturelles, les risques naturels, afin de préserver la sécurité, la santé et la qualité de vie des habitants des zones très urbanisées, les ressources en eau et le patrimoine sol. C’est le préfet ou l’État qui initie le classement en forêt de protection
Lire la suite
2019
Françoise et Alain vous proposent une randonnée vallonnée de 12 km à Clères. Départ à 14h sous Les Halles. Vos contacts : Françoise : 06 11 54 31 80 – Alain : 06 86 59 28 70. Clères Clères s'est édifié au IXe siècle autour d'un château fort. Le village est traversé par la Clérette qui se jette dans le Cailly à Montville.  L'église saint Vaast (XIXe)- Il existe à coté de l'église la source saint Clair dont l'eau avait autrefois la vertu de guérir les maladies des yeux.  Les halles de Clères Les  halles datent du XIIème siècle. Un droit de marché, le mardi de chaque semaine, et l’ouverture d’une foire par an furent accordés dans une Charte de 1195 par Richard Cœur de Lion, Roi d’Angleterre et Duc de Normandie, à Mathieu II de Clères. C’est en 1873 que la mairie acheta les Halles au comte de Béarn. Jadis, l’étage était utilisé comme grenier à grain, puis elles furent transformées en salle des fêtes, dont une partie fut aménagée au XIXème siècle en musée. Le Parc, le Château et Jean Delacour Le premier plan connu date du début du XIXe siècle. On y retrouve la motte féodale, avec la trace de l’ancien château, et l’ensemble des bâtiments existants, organisés autour d’une cour presque carrée. Lorsque la famille de Béarn prend possession de la propriété, le château est au centre d’un domaine de 1020 hectares. C’est avec le Comte Louis Hector de Béarn, en 1864, que débutent les transformations de l’ensemble Renaissance. En 1919, Jean Delacour, botaniste et ornithologue, achète le château et aménage le parc pour recevoir oiseaux et mammifères. A partir de 1939, l’occupation par les Allemands, les bombardements et les incendies ont eu raison du château et du parc. L'après-guerre est une phase de reconstruction et de repopulation pour les collections du parc. Jean Delacour envoie beaucoup d'animaux depuis les Etats-Unis. En 1960 Jean Delacour prend sa retraite et s'installe à Clères où il rédige ses mémoires (The Living Air, 1966) Il cède le parc à la même époque au Muséum National d'histoire Naturelle. A partir de 1989, le Département de Seine-Maritime intervient dans la gestion du site mettant en place de nombreuses restaurations (salles d'exposition, toitures etc.). Il s'engage à suivre les missions léguées par Jean Delacour : conservation, éducation et recherche. Le Parc s’étend sur 13 hectares. De nombreuses espèces d’oiseaux et de mammifères évoluent en semi-liberté dans le parc, sur l’île du lac et dans les volières du château. Au total, le Parc accueille 1500 oiseaux tels que les cygnes, oies, bernaches, flamants roses, nandous, émeus, grues, paons, faisans, calaos, touracos, cigognes et également 200 mammifères comme les antilopes, wallabies, et gibbons. Le Parc est un site touristique mais aussi culturel avec en son sein le château de style Renaissance, le manoir de Jean Delacour du 16ème siècle et également un reste de ruines féodales.  
Lire la suite
2019
Samuel et Daniel vous donnent rendez-vous sur le parking « Carrefour Market » de Pavilly pour une randonnée vallonnée de 11km Départ à 13h30. Pour s’y rendre, compter 30 mn du centre de Rouen en empruntant l’A150. Contacts : Samuel 06 24 91 01 97 et Daniel J 06 04 19 24 86. PAVILLY Vous connaissez bien sûr son château, son colombier, son église romane et l'ancienne usine textile nommée la Dame Blanche. Mais connaissez-vous ..... La poule de Pavilly Elle est originaire du secteur de Pavilly, descendante des poules vikings. Elle a de la parenté avec la Caumont et la Crèvecoeur (deux autres races normandes).  Autrefois, les fermiers ont conservé les volailles qui avaient une petite huppe. Elles sortaient de l'ordinaire et beaucoup croyaient que les volailles noires avec une huppe pondaient mieux.  Ses principales caractéristiques sont une petite huppe composée de plumes fines retombant en arrière et surtout non ébouriffées, et une crête simple, droite, peu profondément dentelée, avançant bien sur le bec. Il existe des sujets à grosse crête et huppe très petite et des sujets à grosse huppe et crête fortement déviée.Sa tête est fine et aplatie. Les plumes du camail sont fines. Les ailes sont moyennes et bien serrées au corps. Le dos est court, incliné vers l'arrière. Les oreillons sont bien blancs, les pattes bleu ardoise. On ne la rencontre qu'en noire, aux reflets verdâtres, elle pond environ 200 œufs par an d'environ 60/70 grammes avec la coquille de couleur "blanc pure". C'est une race très peu répandue.      
Lire la suite
2019
12 randonneurs partent pour un trekking sur l’Île intense.
Lire la suite