Mardi 26 novembre – SAINT-ETIENNE-DU-ROUVRAY avec nos amis non-voyants

2019

Marie-Laurence et Guy vous donnent rendez-vous sur le parking du lycée Le Corbusier, proche du Zénith, av de l’université, pour un départ à 14h pour une boucle de 12 km en forêt sans difficulté.
Vos contacts: Guy 06 78 98 46 91 ou Marie-Laurence 06 76 12 21 43.

La forêt domaniale de La Londe-Rouvray

Elle est composée de deux grands ensembles : la forêt de Rouvray (2300 ha) pour sa partie est et la Londe pour sa partie ouest. Elle couvre une surface totale de 5 100 ha. Elle est bordée en son nord-est des forêts départementales du bois des Pères et du Madrillet. Par décret, depuis 1993 puis 2006 elle est classée comme forêt de protection* sur plus de la moitié de sa surface

Un réseau de Maisons des forêts est mis en place par la Métropole de Rouen Normandie sur les massifs forestiers de son territoire. Ce réseau de lieux d’éducation à la nature permet de faire découvrir les forêts périurbaines (faune, flore, sylviculture, filière bois, etc.). Deux de ces maisons sont présentes sur le territoire de la forêt de la Londe-Rouvray. La première, construite à Saint-Étienne-du-Rouvray, chemin des Cateliers, avec la norme HQE, est ouverte au public depuis mars 2008. La seconde est située sur le territoire d’Orival.

D’autres équipements réalisés visent à faire de cet espace boisé tout à la fois un lieu de détente et de promenade familiale. Les aménagements réalisés ont permis l’amélioration et la création de pistes cyclables et piétonnes, la création de circuits balisés, l’installation de tables et bancs, la création d’une pelouse, comme lieu de détente à proximité de la Mare à argile dont les alentours sont aménagés, et la création d’une aire de stationnement au rond-point des avenues Galilée et Isaac-Newton.

Cette forêt domaniale tire son nom des chênes rouvres qu’elle portait autrefois. Longtemps utilisée pour fournir en bois de chauffage à l’agglomération rouennaise, elle a été replantée en bouleaux entre 1750 et 1766 puis en pins sylvestres entre 1817 et 1867. Les reboisements entrepris depuis 1975 portent sur des essences moins sensibles au feu et à la pollution atmosphérique : chêne rouvre et hêtre (arbres d’origine de la forêt normande) sur les sols favorables, chêne rouge d’Amérique et châtaignier sur les sols plus difficiles.

*Forêt de protection : Ce sont des forêts publiques ou privées, restaurées ou protégées pour se prémunir et prémunir les générations à venir et les écosystèmes contre les catastrophes naturelles, les risques naturels, afin de préserver la sécurité, la santé et la qualité de vie des habitants des zones très urbanisées, les ressources en eau et le patrimoine sol. C’est le préfet ou l’État qui initie le classement en forêt de protection