Mardi 18 décembre 2018 – QUINCAMPOIX avec nos amis non voyants

2018

Gérard et Alain vous proposent une randonnée de 11km, départ devant la mairie à 14h précises.
Contacts  Alain 06 86 59 28 70 et Gérard 06 30 87 03 13.

Quincampoix
Jusqu’à la Révolution, l’église a été le seul monument public. Son rôle n’était pas limité à la célébration du culte. À l’issue de la messe paroissiale ou des vêpres, s’y tenaient des assemblées délibératives, ou étaient prises des décisions qui engageaient la vie de la communauté.
Lieu de culte et lieu de réunion, l’église était la propriété d’une personne morale, la Fabrique. Appelée aussi le Trésor, elle désignait un ensemble de décideurs (clercs ou laïques) nommés pour assurer la responsabilité de la collecte et l’administration des fonds et revenus nécessaires à la construction et à l’entretien des édifices religieux et du mobilier de la paroisse.
Les revenus de la Fabrique provenaient des quêtes et offrandes, mais pas seulement : la location des places de bancs dans l’église, par exemple, était aussi un revenu régulier bien souvent perçu annuellement à date fixe.
La gestion des fonds au jour le jour était confiée à un trésorier en charge. Un an à l’avance, l’assemblée des paroissiens désignait son successeur : le trésorier du Plat des Trépassés. Comme son nom l’indique, il collectait les fonds destinés à faire dire des messes pour les défunts. Les fonctions des trésoriers prenaient fin le jour de la Pentecôte.
A la Révolution, les biens ecclésiastiques sont mis à la disposition de la Nation. Les actifs des Fabriques sont déclarés propriété nationale (1793). En 1802, les Conseils de Fabriques sont partiellement rétablis puis définitivement supprimés par la loi de séparation de l’église et de l’état en 1905.
Dans les trois départements de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin les fabriques subsistent comme établissements publics.

L’église Sainte-Marguerite
De style néo-gothique, elle a été édifiée en 1868 à l’emplacement de l’église originelle qui datait du XVème siècle. Sa cuve baptismale date du XIIIème siècle.
Un vitrail représente Jeanne d’Arc de passage à Quincampoix lorsqu’elle est conduite à Rouen pour y être jugée. 

La route de Neufchâtel
La construction de la route royale de Rouen à Saint-Omer date de 1754. Elle devient route impériale puis route nationale mais, pour les locaux, ce sera toujours la route de Neufchâtel.
Dans les années 1900, Quincampoix avec ses cafés son maréchal-ferrant était la pause habituelle des nombreux attelages allant ou revenant de Rouen : marchands de bois, cultivateurs vendant leurs produits, livreurs de pommes…

RAPPEL : Le célèbre coureur cycliste, Jacques Anquetil, qui a gagné 5 fois le tour de France, était originaire de Quincampoix. Une stèle commémorative rappelle son palmarès au centre du village. Il repose dans le cimetière de la commune.