Mardi 24 avril 2018 – CLERES avec nos amis non voyants

2018

Alain F 06 86 59 28 70 et Gérard D vous invitent à une randonnée de 12 km à Clères (deux côtes). Rendez-vous sous les halles pour un départ à 14h.

CLÈRES

Clères s’est édifié au IXe siècle autour d’un château fort. Le village est traversé par la Clérette qui se jette dans le Cailly à Montville.

L’église saint Vaast (XIXe)- Il existe à coté de l’église la source saint Clair dont l’eau avait autrefois la vertu de guérir les maladies des yeux.

Les halles de Clères

Les  halles datent du XIIème siècle. Un droit de marché, le mardi de chaque semaine, et l’ouverture d’une foire par an furent accordés dans une Charte de 1195 par Richard Cœur de Lion, Roi d’Angleterre et Duc de Normandie, à Mathieu II de Clères.

C’est en 1873 que la mairie acheta les Halles au comte de Béarn. Jadis, l’étage était utilisé comme grenier à grain, puis elles furent transformées en salle des fêtes, dont une partie fut aménagée au XIXème siècle en musée.

Le Parc, le Château et Jean Delacour

Le premier plan connu date du début du XIXe siècle. On y retrouve la motte féodale, avec la trace de l’ancien château, et l’ensemble des bâtiments existants, organisés autour d’une cour presque carrée.

Lorsque la famille de Béarn prend possession de la propriété, le château est au centre d’un domaine de 1020 hectares. C’est avec le Comte Louis Hector de Béarn, en 1864, que débutent les transformations de l’ensemble Renaissance.

En 1919, Jean Delacour, botaniste et ornithologue, achète le château et aménage le parc pour recevoir oiseaux et mammifères.

A partir de 1939, l’occupation par les Allemands, les bombardements et les incendies ont eu raison du château et du parc.

L’après-guerre est une phase de reconstruction et de repopulation pour les collections du parc. Jean Delacour envoie beaucoup d’animaux depuis les Etats-Unis.

En 1960 Jean Delacour prend sa retraite et s’installe à Clères où il rédige ses mémoires (The Living Air, 1966) Il cède le parc à la même époque au Muséum National d’histoire Naturelle. A partir de 1989, le Département de Seine-Maritime intervient dans la gestion du site mettant en place de nombreuses restaurations (salles d’exposition, toitures etc.). Il s’engage à suivre les missions léguées par Jean Delacour : conservation, éducation et recherche.

Le Parc s’étend sur 13 hectares. De nombreuses espèces d’oiseaux et de mammifères évoluent en semi-liberté dans le parc, sur l’île du lac et dans les volières du château.
Au total, le Parc accueille 1500 oiseaux tels que les cygnes, oies, bernaches, flamants roses, nandous, émeus, grues, paons, faisans, calaos, touracos, cigognes et également 200 mammifères comme les antilopes, wallabies, et gibbons.
Le Parc est un site touristique mais aussi culturel avec en son sein le château de style Renaissance, le manoir de Jean Delacour du 16ème siècle et également un reste de ruines féodales.

Le hameau du Tôt

Le Tôt (du scandinave topt ou thuit, signifiant maison) est un hameau de Clères. Ainsi est  nommé le joli petit village qui était autrefois une commune et une paroisse à part entière avec son église, l’actuelle chapelle Notre Dame des Buis.

En 1830, il comprenait une quarantaine de cabanes en terre. L’ancien moulin féodal seul était bâti en pierre.

Après 1830, tout se transforma : le Tôt vit s’établir un moulin à papier, une usine à triturer les bois de teinture, un deuxième moulin à blé. Les cabanes obscures se changèrent en jolies maisons.

Deux moulins existaient au bord de la Clérette. Ils étaient encore en activité jusqu’à une époque récente.

L’un d’eux est occupé maintenant par une Galerie de peinture (Monsieur Roques).

La Chapelle du Tôt, dédiée à Notre Dame des Buis, date du XVIème siècle. Le gros oeuvre est en grès, silex et brique. La petite chapelle n’est plus aujourd’hui qu’un petit édifice dont les murs présentent de nombreuses dégradations dues aux eaux du ruissellement du coteau.