La Tularémie

Qu’est-ce que la Tularémie ?
La tularémie est une maladie infectieuse cosmopolite, classée dans les zoonoses car transmise à l’homme par des animaux dans des conditions naturelles.

Comment peut-on être contaminé ?
Les modes de transmission les plus fréquents sont :
par contact cutané ou muqueux direct avec un animal atteint de tularémie (ou son cadavre). La transmission du germe est favorisée par la présence de plaies cutanées mais possible même en leur absence.
par morsure de tique ou plus rarement d’insectes (moustique, taon)
La contamination est également possible par ingestion d’aliments ou d’eau ou par inhalation de poussières (fourrages, litières) contaminés par des animaux malades.
Les travailleurs agricoles, gardes forestiers, chasseurs, bouchers, fermiers, vétérinaires…et les randonneurs constituent la population la plus à risque.
Aucun cas de transmission interhumaine n’a été décrit. Il n’y a donc pas de risque à côtoyer un individu atteint de tularémie.

Quels sont les signes cliniques ?
Après une durée d’incubation courte (3 à 5 jours), la maladie débute brutalement par une fièvre ondulante, des frissons, une asthénie, des douleurs musculaires et articulaires, des maux de gorge, des céphalées et parfois des nausées et des vomissements.
Si, dans les jours qui suivent une piqûre de tique ou un contact avec un lièvre ou avec un autre animal sauvage, vous présentez ces symptômes, vous devez consulter un médecin et mentionner cet événement. 

Quel traitement ?
Le traitement repose sur la prise d’antibiotiques. Il n’existe pas de vaccins.
En l’absence de traitement, la maladie est mortelle dans 6 % des cas alors que la mortalité sous traitement est quasiment nulle. L’infection confère une immunité protectrice contre la bactérie.

Comment prévenir la maladie ?
Il faut éviter de toucher aux cadavres d’animaux morts en particulier les lièvres et les rongeurs et de boire l’eau à faible courant ou de l’eau stagnante. Il est également recommandé de ne pas se coucher à même la paille ou le foin sans protection vestimentaire.
Il est également conseillé de bien faire cuire la viande de gibier avant de la consommer et de se protéger contre les piqûres de tiques en utilisant des répulsifs cutanés (produits à base de DEET, picaridine, IR3535, citriodol).

Fréquence des cas :
En France, une quarantaine de cas sont diagnostiqués par an. En progression constante.

Pour en savoir plus… Tularémie

(Extraits de l’Agence Régionale de Santé, Doctissimo…)