ACTU. RÉGIONALE RANDO

Extraits de la revue FF Randonnée Haute-Normandie
« Randonner en Haute-Normandie »

Edition

  • Le topo-guide « La côte d’Albâtre, le pays de Caux »  – GR21, 210, 211, 212  (référence 202) est maintenant en vente. Vous pouvez vous le procurer auprès du Comité Départemental de Seine Maritime ou directement sur le site de la FFRP. Voir lien ci-dessous.
  • Le topo-guide « l’Eure…à pied » est réédité et disponible (édition avril 2013). Il comporte 11 circuits nouveaux.
  • Le topo-guide « Chemin vers le Mont-Saint-Michel » (de Paris au Mont-Saint-Michel) est disponible depuis mars 2012

http://www.ffrandonnee.fr/boutique/le-catalogue-des-topo-guides.aspx?t=reg&v=2&tx=Normandie

Sentiers

  • La réhabilitation du sentier littoral est en cours.
    Les tronçons du Tréport à Criel et de Varengeville à Ste Marguerite sont réalisés depuis 2010
    La restauration de 4 nouveaux tronçons est lancée :
    – de Tocqueville-sur-Eu à Biville
    – de Sotteville-sur-Mer à Manneville-es-Plains
    – d’Yport aux Loges
    – d’Etretat à Antifer
    Il reste la continuité d’Etretat au Havre… à suivre

Eco-Veille

  • Vous constatez une anomalie lors de votre randonnée, un problème de balisage, des détritus, un sentier inondé….
    Pensez Eco-Veille et signalez toutes vos remarques. C’est important pour la qualité des itinéraires.
    Remplissez la fiche T en ligne sur le site du Comité départemental. Lien ci-dessous :

http://seine-maritime.ffrandonnee.fr/814/html/signaler-une-anomalie.aspx

Projet Compostelle

Ce projet est à l’initiative de l’association « Sur les chemins de Compostelle ». Il s’agit de relier Dieppe à Chartres pour ouvrir la voie aux Anglais. Cet itinéraire thématique, de renommée, favorise le développement de la pratique de l’itinérance et permettra d’appuyer l’attractivité de la région Haute-Normandie. En Seine-Maritime, le tracé est effectif entre Dieppe et Rouen. Il a pour base le tracé du Chasse-Marée, GR 210 et GR 25D. Le tracé entre Rouen et l’Eure reste à finaliser.
La validation définitive du tracé est subordonnée, pour la Seine Maritime par le passage en Commission départementale des Espaces Sites et Itinéraires en janvier et septembre 2014. L’inauguration de la voie est annoncée pour mi-2015.
La CREA va implanter sur son territoire une cinquantaine de clous et plaques de bois sur la parcours du Chemin. Ces clous de bronze d’une dizaine de centimètre de large et de 3 kg sont une création originale. Autour d’une coquille stylisée, on découvre quatre étoiles qui symbolisent les quatre voies principales d’accès (Tours, Limoges, Le Puy en Velay, Toulouse) et des vagues qui symbolisent la traversée de la Manche par la route des Anglais. Dans le territoire de la CREA, le Chemin entre au niveau de Houppeville/Malaunay. Le trajet clouté démarre lui sur la place Cauchoise à Rouen, descend jusqu’à la place du Vieux Marché et rejoint ensuite la Cathédrale. Après avoir traversé la Seine par le pont Boieldieu, le promeneur rejoint la rive gauche et passe devant l’église Saint-Sever, le Jardin des Plantes et le Zénith. L’itinéraire se poursuit ensuite à travers les forêts du Madrillet et de la Londe-Rouvray vers Oissel et Orival. En secteur forestier, le sentier est balisé par les plaques de bois.

Savez-vous que…

  • Combien de fois entendons-nous certains randonneurs utiliser l’expression « chemin dû » pour définir un chemin que tout un chacun peut emprunter. C’est méconnaître le droit des chemins. En dehors des voies du domaine public routier (voies rapides, routes nationales, départementales et communales), il existe 3 catégories de chemins : les chemins ruraux, les chemins et sentiers d’exploitation et les chemins privés.
    Les autres appellations, chemin vicinal ou chemin communal, figurant encore sur certains cadastres n’ont plus cours depuis 1959. Les chemins ruraux font partie du domaine privé de la commune.
  • Les chemins ruraux font partie du domaine privé des communes et sont définis par l’art. L.161-1 du Code rural. Ces chemins ruraux doivent êtte affectés à l’usage du public (voie de passage, actes de voirie, ou de surveillance par l’autorité municipale). Cette affectation peut être définie notamment par l’inscription au plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée (PDIPR) leur conférant l’inaliénabilité.
  • Le chemin d’exploitation est défini par le code rural par « la communication entre différents fonds privés en vue de leur exploitation ». Ils sont présumés appartenir aux propriétaires riverains. L’usage de ces chemins peut être interdit au public. Cependant, l’Art.L162-1 du Code rural établit une présomption de tolérance de passage du public de la part des propriétaires tant qu’ils n’ont pas matérialisé à l’entrée du chemin, leur volonté d’en interdire l’accès (barrière, panneau,…). Pour être balisés ces chemins doivent faire l’objet d’une convention de passage entre le(s) propriétaire(s) et le CDRP. Cette convention est révocable avec un délai très court (de 2 à 3 mois). C’est bien pour cette raison que nous y recourrons exceptionnellement. (Source : Guide du droit des chemins)
  • A suivre